L'inondation d'octobre 2000

Les graves inondations survenues du 13 au 16 octobre 2000 ont déterminé, en Vallée d’Aoste, des situations étendues de déséquilibre géologique. Cela est dû à la prédisposition naturelle des versants - un relief jeune du point de vue morphologique et, par conséquent, sujet à une dynamique évolutive active - et à des éléments déclencheurs dérivant des conditions météorologiques (importance et développement des précipitations, limite du zéro thermique très haut en altitude). Bien qu’elle soit semblable à celle d’autres événements précédents, la situation météorologique a été caractérisée par des niveaux de pluviosité élevés sur tout le territoire régional et jusqu’à 3500 m d’altitude, pendant de longues périodes. Les apports en eau au réseau hydrographique ont été particulièrement importants dans la partie moyenne et dans la partie basse de la Doire Baltée, où des valeurs maximales, comme on n’en avait jamais enregistré auparavant, ont été atteintes. 

L'intensité et la durée des pluies ont fortement imprégné le sol, en déclenchant ainsi des phénomènes de glissement des versants et un transport anormal de matériaux solides vers les talwegs, ce qui a encore augmenté le débit des cours d’eau. 

Les précipitations enregistrées pendant cet événement concernaient tout le territoire. Elles ont commencé le 12 octobre le matin, elles se sont intensifiées le vendredi 13 et se sont poursuivies jusqu’au début de l’après-midi du lundi 16. L’intensité de la pluie était assez uniforme sur toute la région, exception faite pour les vallées de Cogne et du Lys, où les précipitations enregistrées (456 mm dans l’une et 320 mm dans l’autre) dépassaient nettement la moyenne (220 mm). 

Géosites



Retour en haut