Expositions en cours

Catalogue La montagne photographiée, la montagne sculptée
Roberto Andrighetto et Guido Diémoz
L’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste informe que vendredi 24 mai 2019, à 18 h, se tiendra l’inauguration, à l’église Saint-Laurent d’Aoste, de l’exposition La montagne photographiée, la montagne sculptée. Roberto Andrighetto et Guido Diémoz. Cet événement constitue le nouvel épisode d’une série de rendez-vous qui propose au public un dialogue entre un photographe et un sculpteur sur bois, tous deux interprètes de la Vallée d’Aoste et de la réalité alpine. L’exposition, dont le commissaire est Daria Jorioz, place côte à côte les photos naturalistes de Roberto Andrighetto – consacrées aux animaux sauvages capturés par son regard efficace et poétique – et une sélection de grandes sculptures sur bois de noyer de Guido Diémoz, qui racontent avec une remarquable force expressive la tradition paysanne valdôtaine. Roberto Andrighetto vit en Vallée d’Aoste et fréquente depuis toujours la montagne. Fasciné par les animaux qui peuplent l’environnement extrême de la haute altitude, depuis les années 1990, il documente avec son appareil photo le souvenir de ses rencontres avec les lièvres variables, les perdrix, les hermines, les chamois, les bouquetins, les aigles, les gypaètes et de nombreuses autres espèces, poussé par le désir de garder un témoignage tangible des émotions vécues et de faire partager celles-ci. Ses principales publications sur la faune alpine sont : Attimi, un anno con la fauna della Valle d’Aosta, de 2012 et Sguardi, la fotografia e la poesia incontrano la fauna alpina, de 2018, qui contient des poésies d’Umberto Druschovic. Il a collaboré à des livres sur le Parc naturel du Mont-Avic et sur la Vallée du Grand-Saint-Bernard. Ses clichés ont été publiés sur des revues nationales comme Oasis, Bell’Italia et la Rivista della montagna. Guido Diémoz est né à Doues, où il vit et travaille. Il commence à sculpter relativement tard et débute son activité d’artisan du bois en 1977, faisant preuve d’un tempérament original qui l’a conduit à réaliser des œuvres d’une grande vigueur plastique. Au fil des ans, il a participé à de nombreuses éditions de la Foire de Saint-Ours, ainsi que de la Foire de Donnas et a reçu plusieurs prix et distinctions. Ses œuvres sont caractérisées par une grande liberté d’expression et sont liées aux thèmes les plus authentiques de la tradition locale. Dans sa collection « Memorie di cose lontane », la maison d’édition La Selva de Padoue a publié en 2018 le volume La vita in Valle d’Aosta nell’opera di Guido Diémoz, sous la direction de Vincenzo Bixio et Gabriella De Munari. La montagne photographiée, la montagne sculptée. Roberto Andrighetto et Guido Diémoz est assortie d’un catalogue bilingue italien-français, publié par la Tipografia Duc, par les soins de Daria Jorioz, et vendu au prix de 10 euros. L’exposition, dont l’entrée est gratuite, est ouverte jusqu’au 29 septembre 2019 du mardi au dimanche, de 10 h à 13 h et de 14 h à 18 h (fermée le lundi). Pour tout renseignement complémentaire : Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens culturels Structure Expositions : tél. 0165 27 537 Courriel : u-mostre@regione.vda.it Église Saint-Laurent : tél. 0165 238 127 www.regione.vda.it

Eglise Saint-Laurent - Aoste
24 Mai 2019 - 29 September 2019

Catalogue Steve McCurry. Animals
L’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste informe que vendredi 3 mai 2019, à 18h, se tiendra au Centre Saint-Bénin d’Aoste l’inauguration de l’exposition Animals de Steve McCurry, qui propose soixante photos sélectionnées par ce grand photographe parmi ses clichés les plus significatifs. Par le passé, Biba Giacchetti - commissaire de l’exposition - a déjà organisé en Italie plusieurs rétrospectives consacrées à cet artiste américain. C’est en 1991 que les animaux apparaissent dans les récits photographiques de Steve McCurry. À ce moment de sa carrière (les années 1990), il est déjà célèbre, s’est vu décerner quatre World Press Photo et a également déjà publié sa célèbre image de Sharbat Gula, la Jeune fille afghane. Par ailleurs, McCurry a aussi réalisé un important recueil de photos axé sur la condition humaine, notamment celle des plus défavorisés - des réfugiés aux enfants - et, plus en général, sur les cultures en voie de disparition. C’est dans ce contexte qu’il décide de consacrer toute une mission aux animaux et que son choix se porte sur les événements en cours dans les zones frappées par la première Guerre du Golfe. McCurry entre donc au Koweït en 1991 avec les troupes américaines : la fin de la guerre est proche et Saddam Hussein, qui bat en retraite, ordonne de faire brûler plus de 600 puits de pétrole dans le pays. Cela marque le début de la plus grande catastrophe écologique de tous les temps et Steve McCurry raconte l’impact de ce désastre sur le milieu naturel et le monde animal. Il réalise des clichés iconiques, comme celui des chameaux devant un horizon embrasé ou ceux qu’il consacre aux animaux migrateurs, dont le célèbre oiseau aux yeux rouges, complètement recouvert de pétrole. Ses photographies font le tour du monde et lui valent de remporter, en 1992, son cinquième World Press Photo. Aujourd’hui encore, ces images sont publiées dans la presse du monde entier quand celle-ci aborde des questions liées à la conservation de la planète. Tous ces travaux, comme tant d’autres dont il est l’auteur, sont devenus des symboles intemporels. Depuis, McCurry raconte inlassablement des histoires d’hommes qui se mêlent inévitablement à des histoires d’animaux, êtres pour lesquels il ressent une profonde empathie. L’exposition Animals présente un parcours thématique qui laisse le visiteur libre de passer des images les plus difficiles à d’autres, plus légères, pour respecter la sensibilité de chacun et lui permettre d’éprouver des émotions très diverses. Explorateur du genre humain, Steve McCurry nous propose cette fois d’accomplir un voyage au cœur du monde animal : il y parle de souffrance et de dignité, des relations et de leurs conséquences et nous invite à considérer que nous ne sommes pas seuls au monde et que tous les êtres vivants ont le mystère de la vie en partage. L’immense patrimoine photographique de Steve McCurry a servi à illustrer divers ouvrages consacrés à des thèmes qu’il affectionne particulièrement (comme les cultures en voie de disparition) ou à des pays qu’il aime (comme l’Inde, l’Afghanistan, le Tibet et l’Italie) ou encore aux collections de portraits, aux récits sur les différents modes de vie et aux sentiments universels : McCurry s’est notamment concentré sur le bouddhisme et la spiritualité. En outre, il a consacré un ouvrage à la lecture. Sa sœur, Bonnie McCurry Reum, a rédigé une biographie du photographe, qui travaille actuellement à un livre entièrement consacré aux animaux, pour rendre hommage à leur condition. Des clichés dramatiques, comme ceux de la Guerre du Golfe, alternent avec des images poétiques ; des photographies amusantes d’ethnies lointaines avec celles de personnages occidentaux ; des photos d’animaux libres et sauvages avec celles d’animaux exploités pour assurer la survie humaine et lutter contre la misère. Cette exposition est complétée par un catalogue bilingue, italien-français, réalisé sous la direction de Biba Giacchetti et contenant un texte critique de Daria Jorioz. Il est publié chez Sudest57 et en vente au prix de 25 euros. Billets : plein tarif, 6 euros ; tarif réduit : 4 euros ; entrée libre pour les moins de 18 ans. Billet couplé avec l’exposition Lucio Fontana. La sua ombra lunga, quelle tracce non cancellate aménagée au Musée Archéologique Régional d’Aoste du 13 avril au 22 septembre 2019, au prix de 10 euros, plein tarif, et 6 euros, tarif réduit. Pour tout renseignement : Région autonome Vallée d’Aoste Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens culturels Surintendance des activités et des biens culturels Structure Expositions – Tél. + 39 0165 275937 Centre Saint-Bénin – Tél. + 39 0165 272687 www.regione.vda.it

Centre Saint-Bénin - Aoste
3 Mai 2019 - 6 Octobre 2019

Catalogue Lucio Fontana. La sua ombra lunga, quelle tracce non cancellate
L’Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens culturels de la Région autonome Vallée d’Aoste annonce que, vendredi 12 avril 2019, à 18 h, au Musée archéologique régional d’Aoste, sera inaugurée l’exposition Lucio Fontana. La sua ombra lunga, quelle tracce non cancellate, dont les commissaires sont Giovanni Granzotto et Leonardo Conti. Cette exposition se propose de mettre en évidence les thèmes qui, au cours de la période allant de la fin des années quarante à 1968, ont été les plus représentatifs de la nouvelle manière de concevoir l’art de Lucio Fontana, à partir d’un corpus important d’environ trente œuvres de cet artiste, comprenant des toiles, des céramiques et des créations sur papier. C’est dans les célèbres Concetti spaziali de Fontana – où matière, dynamisme et artifice se conjuguent, à la lumière des nouvelles découvertes de la science et des techniques – que prend forme le Spatialisme, qui va attirer et influencer des générations d’artistes. Parmi ceux-ci, figurent de futurs grands maîtres qui approfondiront ses intuitions dans la création de nouveaux langages et innoveront. De bien des points de vue, la recherche de Lucio Fontana représente un véritable incipit de l’art contemporain, un élément indispensable qui, suivant de multiples déclinaisons, a inspiré certains des langages artistiques les plus importants, des années cinquante du siècle dernier jusqu’à aujourd’hui. Dans cette optique, les commissaires de l’exposition ont choisi certains artistes (de Piero Manzoni à Agostino Bonalumi et Enrico Castellani, d’Alberto Biasi à Gianni Colombo, de Mario Deluigi à Tancredi et Morandis, de Roberto Crippa à Gianni Dova, jusqu’à Giuseppe Santomaso, Ettore Spalletti, Nunzio, Ben Ormenese, Sandro Martini et bien d’autres encore) pour concevoir un parcours susceptible de permettre un approfondissement des orientations de recherche et des noyaux thématiques significatifs où l’on reconnaît la longue ombre de Fontana. Le thème central de l’exposition est l’exploration des poétiques les plus importantes qui peuvent s’inscrire dans la continuité de la recherche de Lucio Fontana. Son « ombre longue » peut ainsi devenir un outil pour comprendre certains des aspects fondamentaux de l’art et orienter une recherche ouverte sur le futur. L’exposition d’Aoste est assortie d’un catalogue bilingue italien-français contenant des textes critiques de Giovanni Granzotto, Leonardo Conti, Daria Jorioz, Stefano Cecchetto, Dino Marangon, Mattia Pivato et Livia Sartori di Borgoricco, publié par De Bastiani Editore et vendu au prix de 30 euros. Billets : plein tarif, 6 euros ; tarif réduit : 4 euros ; entrée libre pour les moins de 18 ans. Billet couplé avec l’exposition Steve McCurry. Animals au Centre Saint-Bénin d’Aoste du 3 mai au 6 octobre 2019, au prix de 10 euros, plein tarif, et 6 euros, tarif réduit. Pour tout renseignement : Région autonome Vallée d’Aoste Assessorat du Tourisme, des Sports, du Commerce, de l’Agriculture et des Biens culturels Surintendance des activités et des biens culturels Structure Expositions Tél. 0165 275937 Courriel : u-mostre@regione.vda.it Musée archéologique régional Tél. 0165 275902 www.regione.vda.it

Musée archéologique régional - Aoste
13 Avril 2019 - 22 September 2019

 




Retour en haut