Marché du travail

 

 

LE MARCHÉ DU TRAVAIL : MISES À JOUR BASÉES SUR LES NOUVELLES SÉRIES HISTORIQUES

 

 

 

Avant-propos

L’Istat (ISTAT, The Labour Market, Flash Statistics, Rome, mars 2022) rapporte que, durant l'année 2021, l'enquête sur les actifs a subi deux changements importants :

  • le premier résultant de l'entrée en vigueur, au 1er janvier, du règlement européen (UE) 2019/1700, qui a entraîné des modifications des définitions, notamment celle de personne occupée, et du questionnaire afin d'améliorer le degré d'harmonisation des statistiques produites par les différents pays de l'UE ;
  • le second déterminé par l'introduction des nouvelles estimations de la population des individus et des ménages dérivées du recensement permanent de la population et du logement ; l'ajustement à la nouvelle population, qui est inférieure à la précédente pour l'ensemble de l'Italie d'environ un demi-million d'individus, a entraîné une diminution de l'estimation du nombre de personnes occupées, de chômeurs et d'inactifs.

Dans son communiqué trimestriel de mars 2022, l'Istat met à disposition les premières reconstructions des séries historiques qui permettent une analyse au niveau régional sur les principaux indicateurs pour la période 2018-2021.

Il est utile de souligner que l'ajustement à la nouvelle population a entraîné une diminution du nombre estimé de personnes occupées, de demandeurs d’emploi et d'inactifs. Le passage à la nouvelle population, en revanche, n'implique que des changements marginaux pour les taux, étant donné qu'il s'agit de rapports entre deux estimations qui sont toutes deux plus basses en raison de la nouvelle population.

Le marché du travail après la crise sanitaire

Sur la base de cette première diffusion d'informations, on peut observer ce qui suit.

En raison du ralentissement économique dû, notamment, à la crise pandémique, entre 2018 et 2021, le nombre moyen de personnes occupées en Vallée d'Aoste s'est fortement contracté (-3,7 %), avec une diminution similaire de la population active de -3,5 %. Ces deux tendances ont entraîné une légère baisse du chômage (-1,1 %) sur l'ensemble de la période considérée (2018-2021), en partie grâce aux amortisseurs sociaux et au gel des licenciements instaurés précisément pour contrer les effets négatifs de la pandémie, alors que la main-d'œuvre potentielle a fortement augmenté.

Toutefois, si nous examinons les changements intervenus entre la dernière année précédant la crise pandémique (2019) et 2021, une image plus critique apparaît, étant donné que la baisse de l'emploi est encore plus importante (-4,5 %), en raison du fait qu'en 2021, la baisse du nombre de personnes occupées s'est poursuivie (-0,7 %), tout comme celle du nombre des actifs (-3,7 %), entraînant une augmentation significative du chômage (+7,7 %), surtout au cours de l'année 2021. Parallèlement, la population active potentielle, qui comme nous le savons peut cacher une zone de chômage potentiel, augmente de manière significative.

Cette dynamique peut être mieux illustrée en examinant l'évolution de chaque quantité individuelle sur une base trimestrielle. Sur cette base, on constate que l'emploi tendanciel, c'est-à-dire net des effets saisonniers, a enregistré une baisse progressive à partir du premier trimestre 2020, qui s'est poursuivie jusqu'au premier trimestre 2021, certainement en lien étroit avec les différentes phases de la pandémie, suivie d'une phase de reprise, avec un ralentissement en fin d'année. Dans le cas du chômage, une baisse initiale a été observée jusqu'à la fin de 2020, date à laquelle une phase de reprise s'est amorcée, mais celle-ci semble s'interrompre à partir du second semestre de 2021 (graphique 1).

 

Les données actuellement disponibles ne fournissent pas de ventilation par secteur économique et par position dans la profession, ce qui ne permet pas d'évaluer les différences éventuelles dans les tendances sectorielles et par rapport aux différents segments d'emploi. D'autre part, ces informations permettent de distinguer les tendances du marché du travail par genre.

Bien que les niveaux d'emploi diminuent tant pour les femmes que pour les hommes, ces derniers connaissent une contraction plus importante, tant si l'on considère la période 2018-2021 (-4,5  % pour les hommes, -2,8 % pour les femmes) que si l'on compare avec le chiffre pré-pandémique (-5,5 % pour les hommes, -3,2 % pour les femmes). En revanche, environ deux tiers de la baisse de l'emploi entre 2019 et 2021 s’applique à la composante masculine.

L'évolution du chômage est également similaire en termes de direction, mais nettement différente en termes de quantité. En effet, les femmes au chômage ne progressent que de +0,7 % entre 2019 et 2021, alors que le chômage masculin s'envole de +15,5 %, ce qui explique presque entièrement la hausse sur la période.

En 2021, on comptera en moyenne 52 700 personnes occupées, dont 47 % de femmes ; les demandeurs d'emploi seront environ 4 100, avec un taux de féminisation de 48,8 %, tandis que la population active totalisera près de 56 900 personnes (47 % de femmes).

S'agissant des principaux indicateurs du marché du travail, on note que le taux d'activité peut être estiméà environ 71,8 %, le taux d'emploi (15-64 ans) s'établit à 66,5 %, contre 68,3 % enregistré avant la pandémie (2019), le taux de chômage passe à 7,3 % contre 6,5 % de 2019.

En 2021, la position de la Vallée d'Aoste se confirme comme nettement meilleure que la moyenne italienne, avec un taux d'emploi supérieur d'environ 8 points de pourcentage (66,5 % contre 58,2 %) et un taux de chômage plus faible (7,3 % contre 9,5 %). En particulier, les données relatives à la composante féminine semblent différer positivement de la situation nationale : le taux d'emploi féminin en Vallée d'Aoste est de 63,2 % contre 49,4 % au niveau national, tandis que le taux de chômage régional est de 7,5 % et le taux italien de 10,7 %.

 

 

 

Il convient de préciser que l’ISTAT a modifié la composition de certaines des agrégations de données fournies : il n’a donc pas été possible de mettre à jour tous les tableaux ci-dessous (et qui sont donc mis à jour en fonction des dernières données disponibles).

 



Retour en haut